samedi 2 novembre 2019

Mars la verte



Kim Stanley Robinson - Mars la verte - Pocket





Mars la rouge contait l’arrivée des Cent premiers dans un nouveau monde et leur espoir d’indépendance. Tout ceci se brise en 2061. Sur Terre une troisième guerre mondiale brève mais deux fois plus meurtrière que la précédente oppose une oligarchie composée d’entreprises transnationales, aux populations démunies. L’ascenseur spatial est détruit. Après le conflit, l’Autorité transitoire qui a remplacé l’ONU entend poursuivre la terraformation de Mars. Les colons historiques survivants sont impitoyablement chassés. Mais leur rêve n’est pas éteint. Dispersés un peu partout sur la planète, ils ont survécu grâce à leur ingéniosité. L’un d’entre eux Sax Russel se rend à Burroughs sous une fausse identité pour découvrir le contenu des projets des multinationales.


Alors que le débat fait rage entre clandestins « Rouges » d’Anne Clayborn déterminés à laisser le globe en l’état et les partisans de la terraformation comme Sax, Mars se transforme peu à peu. La mise en orbite de gigantesques déflecteurs solaires, le percement de moholes, la modification progressive de l’atmosphère contribuent à élever la température au point de congélation de l’eau. Une flore famélique, à l’image des lichens, commence à apparaître dans les régions glacières.


On ne lit pas Mars la verte, on immerge dans un monde et un temps autres. Oubliez la cinématographie à base de photographies colorées au filtre orange ou rouge. Découvrez avec Kim Stanley Robinson des paysages aux à-pic gigantesques, le régolithe, les roches noires, les reliefs karstiques, les moraines glacières, des levers de soleil insensés … Nul doute que sa connaissance de l’Antarctique a pu inspirer à l’auteur les innombrables descriptions de cette Terre lointaine, supports des excursions des pionniers.


Mars la verte est aussi le récit de l'existence d’une communauté humaine fraternelle. Il débute là où Mars la Rouge prenait fin, dans la petite cité de Zygote où Hiroko préside aux destinées d’une société matriarcale. On découvre de nouveaux visages comme Nirgal ou Jackie Boone aux côtés des anciens toujours présents grâce au traitement de longévité accrue. Tous, dans l’underground, la clandestinité se sentent martiens et tentent de vivre et résister à l'oppression terrestre dans un nouvel univers magnifique et hostile.


En Pocket, le roman atteint les 800 pages. C’est long, c’est beau et chiant à la fois, c’est un monument de littérature de science-fiction.

4 commentaires:

Yogo a dit…

J'avais abandonné (il y a bien longtemps) Mars la Rouge que j'avais déjà trouvé chiant et long mais pas forcément beau. Mais peut être faudrait il que j'y retourne.

Soleilvert a dit…

Là je fais une pause avant d'attaquer Mars la bleue (900 pages) :)

Anonyme a dit…

J'ai abandonné avec Mars la Rouge. Définitivement avec l'auteur.

Soleilvert a dit…

Il me reste à lire Chroniques des années noires et le Bragelonne