jeudi 16 septembre 2021

Monsieur Jadis ou l’Ecole du soir

 

Antoine Blondin - Monsieur Jadis ou l’Ecole du soir - La Table Ronde

 



Il n’est pas si facile de venir à Antoine Blondin. Comme le souligne Christian Authier, préfacier de Monsieur Jadis, la légende ensevelirait, si l’on n’y prenait garde, le romancier : les frasques, le Tour de France, Un singe en hiver revisité par Audiard etc. Quelle idée aussi d’être publié chez un éditeur au nom évocateur de chevalerie ou de table de bar, dans une collection (Le petit vermillon) appelant à la dégustation d’un Bourgogne imaginaire.

 

Monsieur Jadis est ce qu’il est convenu d’appeler une autofiction, un texte d’une pudeur extrême qui se déroberait presque au rideau de pluie des souvenirs. Franchissons le pour lui. Monsieur Jadis alias Antoine Blondin embrassa, après une courte incursion dans l’enseignement, la carrière de journaliste sportif et d’écrivain. On le rattache, - à son corps défendant - à l’école des Hussards mouvement littéraire qui intégrait alors Roger Nimier, Jacques Laurent et Michel Déon. Son œuvre, relativement mince, comprend cinq romans. Le présent récit, son dernier, tourne autour de la figure de Roger Nimier, l’ami définitivement endormi en 1962 « sous des draps de ferraille atrocement froissés ».

 

Le texte débute par une balade dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés à l’époque des évènements de Mai 68. Le narrateur prend fait et cause pour un jeune manifestant. Embarqué dans un poste de police, quelques images du passé font alors surface. Celles d’un intermittent de l’existence, partagé entre trois domiciles, la maison maternelle, familiale et l’appartement d’Odile, sa maitresse. Sans parler à proprement d’intrigue, le roman emprunte un chemin vagabond, alternant scènes de beuveries, escapade à Madrid avec Odile, saut à Twickenham avec Roger Nimier, l’ami qui bien souvent l’extraie au petit matin des commissariats … Il abrite une galerie de personnages invraisemblables : Popo, jeune femme noctambule aux activités indéfinissables, l’écrivain Albert Vidalie, parolier de Reggiani et expert en reconstitution de batailles napoléoniennes.

 

Plus que les scènes d’ivresse, on retient de Monsieur Jadis les moments de prose d’une infinie délicatesse d’un écrivain amoureux de « la liberté mauve qui s’installe le soir », se faufilant dans les interstices de la vie et adepte des contrôles policiers car disait-il « si quelqu’un avait bien besoin d’une vérification d’identité, c’était moi. »


Aucun commentaire: