dimanche 18 octobre 2020

Vers les étoiles

Mary Robinette Kowal - Vers les étoiles - Denoël Lunes d’encre

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les calculateurs humains jouent un rôle primordial. En raison de l'enrôlement dans l'armée de la population active masculine, nombre de calculateurs non militaires sont des femmes, souvent diplômées de mathématiques.

Wikipédia

 

1952. Une météorite s’abat près de Washington et dévaste toute la région. Deux scientifiques survivants Nathaniel York ingénieur spatial et sa femme Elma ancienne pilote de guerre et mathématicienne surdouée, s’inquiètent des conséquences catastrophiques de l’impact. A terme un réchauffement climatique progressif sonnera le glas de l’espèce humaine. Rejoignant Kansas City où s’établit tant bien que mal un nouveau gouvernement, ils s’efforcent dans un premier temps de convaincre les autorités de la justesse de leurs calculs prédictifs avant de participer à la création d’un programme spatial. Le salut passe désormais par les étoiles. Nathaniel intègre l’équipe responsable du projet et Elma le groupe des calculatrices chargé de chiffrer les paramètres de vol. Une ambition, un rêve, la hante, devenir astronaute. Mais il ne suffit pas de passer haut la main les épreuves de sélection. Vaincre les préjugés de l’époque est une toute autre affaire.

 

Vers les étoiles, premier roman d’un cycle en cours, est à la fois une uchronie et une chronique documentée des années 50. Imaginez L’étoffe des héros vu des coulisses, considérez les angles morts de l’épopée. Les calculatrices, des femmes aux qualifications d’ingénieur, sans le titre requis, ont réellement existé. Les aéroclubs noirs où Elma va rechercher des Mustang P51 pour les besoins d’une démonstration aérienne, également. Leurs membres, victimes de ségrégation raciale et recalés du WASP allaient passer leurs brevets de pilotage dans d’autres pays. Le personnage d’Elma York, persécutée par un colonel vicelard et en butte au misogynisme ambiant, évoque Katherine Johnson ou Hedy Lamarr, star hollywoodienne (La Danseuse des Folies Ziegfeld, Samson et Dalida …) et Edison féminin, qui au sortir des plateaux de tournage, filait dans son labo peaufiner un système de guidage de torpille reposant sur une technique d’étalement de spectre par saut de fréquence !

 

Katherine Johnson

Outre le parcours d'obstacle de la postulante, la réussite du roman tient également à sa personnalité complexe. Projetée sous les feux des projecteurs sous l’impulsion de son talent et de ses combats, elle panique à l’idée de prendre la parole devant une assemblée. Il y a chez Mary Robinette Kowal ce sens du détail, rituel comme le geste inlassable de lisser sa jupe qu’à Elma pour remettre de l’ordre dans ses idées, ou les aléas de la vie quotidienne, qui donnent vie au récit. Ce regard féminin voire anthropologique sur les évènements et la gente masculine perd de son acuité quand il s’agit d’évoquer le chevaleresque et formidable Nathaniel. Chassez Hollywood, il revient au galop !

 

Plusieurs fois primé, Vers les étoiles, se réapproprie avec succès les recettes de la petite histoire sur fond de grande histoire. C’est un page turner instructif qui sous une trame uchronique révèle dans le sillage du film Les figures de l’ombre, quelques chapitres méconnus de l’histoire de la seconde moitié du XXème siècle.
 

6 commentaires:

Anonyme a dit…

J’étais déjà tenté de le lire après tant d’éloges sur ce roman.
Vous achevez de me convaincre.

Biancarelli

Soleilvert a dit…

oui ce n'est pas de la hard sf, on ne croule pas sous les différentielles :)

Yogo a dit…

Il fait vraiment l'unanimité ce roman. C'est rare que la critique et le public soient autant en phase !

Soleilvert a dit…

Il touche un large public

lutin82 a dit…

Hiddens figure ne quitte pas l'esprit quand on a vu le film avant de lire le roman, même si l'un n'est pas tiré de l'autre.

Soleilvert a dit…

Oui Kowal en parle bien dans sa postface. Par ailleurs je verrai bien un film sur le Women Airforce Service Pilots (WASP) dans les années à venir.