dimanche 4 octobre 2020

Thecel

Léo Henry - Thecel - Folio SF

 

 


L’Empire des Sicles s’apprête à rentrer dans une période de turbulence. Son empereur décède, laissant un fils Aslander, l’héritier présomptif et sa sœur Moïra aux prises avec les intrigues de Palais, les redoutables Mères Magèstres ou les OEcumaîtres, cartographes du royaume. Ces derniers, en l’absence d’Aslander parti guerroyer aux frontières, décident d’unir la jeune fille à l’un des leurs et de lui offrir le titre d’impératrice. Mais la veille des noces, elle s’enfuit…

 

Célèbre pour le cycle « Volodinesque » de Yrminingrad conçu initialement avec Jacques Mucchielli, Léo Henry est l’auteur de multiple romans et recueils de nouvelles. L’une d’elles « Les trois livres qu’Absalon Nathan n’écrira jamais » a reçu le Grand Prix de l’Imaginaire en 2010. Quittant la désormais légendaire mégapole des bords de la mer Noire, il aborde aujourd’hui des rivages littéraires familiers qu’il revisite à sa façon. Thecel ouvrage de fantasy emprunte les sentiers du récit initiatique mais aussi les labyrinthes du jeu, une thématique considérable si l’on y ajoute les déclinaisons d’œuvres cinématographiques ou romanesques et la reprise de personnages archétypiques de fantasy, sword fantasy dans les jeux de rôle. Léo Henry ajoute une nouvelle entrée, celle du roman structuré autour d’une partie d’Othello/Reversi.

 

L’univers que découvre Moïra - étymologiquement le Destin et celui-celle qui modifie les lois de partition - est partagé en deux mondes, l’Empire des Sicles et l’Archipel d’Abacule. Comment passe-t-on de l’un à l’autre ? Ici, contrairement au credo relayé par le Mastermind A. E Van Vogt, c’est bien la carte qui détermine le territoire. Léo Henry ne tombe cependant pas comme dans l’opus de Brunner, La ville est un échiquier, dans une simplification narratrice induite par le thème. Qu’importent les mystères de l’intrigue. Le lecteur se laisse emporter par l’errance de Moïra et de l’enfant Albin, par une écriture aérienne, pour découvrir au bout du chemin un éloge du désordre et de la vie.

 

 

1 commentaire:

Soleilvert a dit…

Leo Henry ayant évoqué Jeux et Stratégie comme source d'inspiration, voici un encart qui aurait mérité une adaptation en jeu de plateau,

https://www.abandonware-magazines.org/affiche_mag.php?mag=185&num=5104&album=oui