samedi 25 février 2017

Mordred



Justine Niogret - Mordred - Pocket




 

Abordant le rivage arthurien, Justine Niogret s’attaque dans un court roman à la figure de Mordred. Il y aurait là matière à un drame shakespearien. L’hérédité de ce chevalier, qu’on trouvera sur le Net, mais qu’on ne détaillera pas ici pour ne pas déflorer l’intrigue, n’est en effet pas commune.

C’est un personnage alité, gravement blessé au cours d’un combat qui lui a pratiquement brisé le dos, que l’auteur de Chien du Heaume nous présente. Loin du monstre de la tradition, le lecteur découvre un homme luttant contre la douleur, en proie au doute, hanté par son enfance, incertain de son avenir, et transformé par le destin en machine de guerre. De ses premières années il garde le souvenir d’une existence champêtre au contact d’une mère aimante et mystérieuse qui l’a initié aux secrets des plantes. Il bénéficie de la protection prestigieuse de son oncle, le roi Arthur, un père de substitution.

Mordred renoue avec les ambiances de fantasy médiévale dont l’écrivain s’est fait une spécialité. Pas une phrase qui ne soit laissée en friche. Le texte se parcourt comme un sentier de cueillette et de dégustation d’images et de métaphores : le sang crisse, le ciel est un ventre lourd de pluie, on déguste les tisanes chaudes du souvenir, la douleur est un chien assoupi etc. … L’écriture atteint un point d’orgue page 147, avec ce monologue d’Arthur dont mon camarade Ubik cite quelques extraits. J’ai été inutilement sévère avec leur formulation médiéviste. Car il faut bien le dire, l’assimilation d’un esprit humain à un gouffre où viennent s’abreuver des monstres connus de nous seuls, n’a rien à envier à Hugo ou William Blake.

Gilles Dumay qualifie justement l'ouvrage de poésie en prose. Or la poésie pure s’oppose au narratif. On ne trouvera pas ici d’intrigue charpentée ponctuée de scènes de batailles  sur laquelle se jettent habituellement les amateurs de fantasy, mais un roman bâti sur une quête identitaire, conçu comme un rêve éveillé, un texte de fièvre. On espère toutefois que Justine Niogret élargira ses prochains récits pour nous livrer - qui sait ? - un Espoir-du-Cerf ou un Terremer.




2 commentaires:

Anonyme a dit…

Jolie chronique !
De quoi donner envie de se replonger dans ce viscéral Mordred.

U

Soleilvert a dit…

Merci !
Amitiés JL